STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Reprendre une entreprise en difficulté : la fausse bonne idée

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 21 avril 2009

Sans grande surprise, le nombre de faillites d’entreprises ne cesse de progresser. Les défaillances ont progressé de plus de 21 % au premier trimestre de cette année par rapport à la même période de 2008. Un peu plus de 15 200 jugements d’ouverture de procédure de redressement ou de liquidation judiciaire ont été prononcés. Par ailleurs, de plus en plus d’entreprises en difficulté cèdent tout ou partie de leur capital afin d’éviter, justement, la phase judiciaire. Dans le même temps, crise oblige, le nombre de cibles saines arrivant sur le marché tendrait à stagner voire à baisser quelque peu.
Au vu de ces éléments, la tentation peut être forte pour des repreneurs potentiels de se tourner vers une entreprise en difficulté, « produit » aujourd’hui relativement abondant sur le marché. Mais dans les faits, reprendre une entreprise en difficulté a tout de la fausse bonne idée.
Le repreneur personne physique doit savoir qu’il sera certainement concurrencé par une entreprise du même secteur qui souhaite se développer par croissance externe. Cette dernière aura l’avantage de posséder des moyens financiers, d’avoir une bonne connaissance du secteur et très probablement de bien connaître le potentiel réel et les véritables faiblesses de la cible. En cas de reprise à la barre, ces éléments ont toutes les chances de faire pencher le juge en sa faveur.
S’il franchit ce premier écueil d’ordre concurrentiel, l’avantage évident pour le repreneur est que la reprise se fera à bas coût. Certes. Mais il sera rapidement confronté à l’obligation d’injecter des fonds pour redresser puis développer la société. Sinon cette dernière, selon toute probabilité, périclitera. Le repreneur peut aussi être contraint de licencier, ce qui coûte cher. Face à ces besoins de financement, les banques risquent fort de se montrer particulièrement frileuses. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, elles se méfient des entreprises qui présentent des risques. Le repreneur qui a pu certes racheter à un prix intéressant risque donc fort de connaître de vraies difficultés pour assurer le redressement indispensable de la cible.
En dépit de ces difficultés potentielles, et pour avoir la moindre chance de succès, le repreneur devra impérativement venir du même secteur d’activité que la cible. Tous les spécialistes s’accordent à dire qu’il s’agit d’une règle absolue dans le cadre de la reprise d’entreprise en difficulté. Car le repreneur devra savoir très rapidement prendre les bonnes décisions en fonction du marché, des stratégies de la concurrence, des réactions des clients, etc. En période de crise, et aux commandes d’une structure en mauvaise santé, le repreneur n’aura pas le temps d’apprendre. Il devra être opérationnel immédiatement.
Si, à première vue, le challenge de relever une PME peut paraître motivant, les écueils sont nombreux. Il semble bien plus sage que, pour une première reprise, le porteur de projet oriente son choix vers une cible saine, quitte à ce qu’elle soit de taille modeste. Il pourra par la suite la faire prospérer sans prise de risque inconsidérée.


Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Paris 2017