STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Renaud Dutreil, ses bonzaïs et ses « gazelles »

Par Jean-Claude DIDIER

Publié le mercredi 8 mars 2006

« Il faut tordre le coup à la culture du bonzaï ». Telle est l’expression très usitée actuellement par le ministre des PME pour qualifier la priorité de son action en 2006 : créer une nouvelle dynamique pour le développement des PME. Selon Renaud Dutreil, il s’agit de permettre à nos « souris » - nos nombreuses TPE - de devenir des « gazelles » parmi lesquelles émergeront nos champions économiques de demain, nos « éléphants ». Le constat est sans appel, le pays manque d’entreprises intermédiaires. Les petites structures, après des débuts prometteurs, voient leur croissance ralentir et n’atteignent pas la taille critique.

De quelle manière faut-il s’y prendre pour faire émerger ces fameuses « gazelles » ?
« Non par la loi, mais par la foi, répond le ministre. Il faut changer les comportements. »
Pour y parvenir, cinq « programmes croissance PME » ont été mis en œuvre pour lever les freins. Le premier « compétitivité et performance » a été lancé, lundi 6 mars. Il s’agit de donner à ces PME les moyens de protéger leurs innovations : attribution de 1 000 labels « génération innovation » ouvrant droit à une formation à la propriété industrielle, financement de 500 brevets gratuits pour les PME, assurance protection à la propriété industrielle. Ce dispositif s’attache aussi à favoriser l’économie numérique. Seules 15 % des PME tireraient pleinement profit des nouvelles technologies. Concrètement 200 000 passeports pour « l’économie numérique » seront délivrés et 500 bourses attribuées à des étudiants de haut niveau pour apporter leurs compétences aux PME.

Dans les prochaines semaines, Renaud Dutreil mettra sur les rails les autres volets de son programme : faciliter l’accès vers les marchés étrangers, le commerce en ligne et les grands comptes ; promouvoir la croissance externe et « fluidifier le marché de la transmission des moyennes entreprises par des actions concrètes » ; « faire émerger nos champions économiques de demain en constituant des réseaux d’investisseurs de proximité…
S’ajoute à cela un volet « Financement de la croissance » qu’avait annoncé Jacques Chirac lors de ses vœux aux « forces vives » le 5 janvier. Il s’agit de lever deux milliards d’euros sur les marchés financiers. Ce dispositif devrait être opérationnel avant l’été. Tandis que chaque programme disposera d’un calendrier s’étalant sur une durée limitée entre 2 et 5 ans.

L’objectif que s’est fixé Renaud Dutreil est ambitieux. Il espère porter le nombre d’entreprises de plus de 250 salariés de 5 000 à 10 000. « Si nous y parvenons, nous réglerons l’essentiel de nos problèmes : chômage, croissance, déficits publics, comptes sociaux… » Rien que cela ! Espérons que ces « gazelles » auront autant de souffle que le ministre !

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Marseille 2016