STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Que faire pour que le gouvernement se penche sur les propositions de réformes de la transmission ?

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 27 avril 2010

Si l’on s’en tient aux dernières déclarations gouvernementales, il faut bien se résoudre à l’idée que plus rien, ou plus grand-chose se sera fait, sur le plan législatif en matière de transmission d’entreprise d’ici à la fin du quinquennat. « Les questions de la création et de la transmission ayant été traitées pour beaucoup, il nous reste un chantier majeur : c’est celui du développement des entreprises (…) », a ainsi assuré Hervé Novelli lors des Entretiens d’Asmep, le mois dernier. Pour le secrétaire d’État chargé des PME, en la matière, la messe semble dite. Il se contente visiblement des quelques réformes sur la reprise d’entreprise contenues dans la loi LME et dont l’impact et l’efficacité restent à démontrer.
Soulignons que personne ne pourra lui reprocher objectivement un bon ou mauvais bilan dans ce domaine puisqu’aucune donnée chiffrée n’est disponible en France sur la transmission d’entreprise, et ce, depuis 2006. Sans chiffre, comment évaluer tel ou tel dispositif ? Le cas échéant, comment infléchir, modifier ou renforcer une politique publique ? Il aurait été appréciable qu’Hervé Novelli fasse en sorte que l’Insee reprenne la publication des statistiques sur la transmission, ce qui est, au demeurant, tout fait réalisable sur un plan technique.
Aucune réforme de la transmission n’est donc aujourd’hui à l’ordre du jour. Et pourtant chaque jour des entreprises disparaissent faute de repreneur ou parce que le dirigeant n’a pas été incité à mettre son bien sur le marché. Une évaluation récente du réseau « Passez le Relais », de la CCIP, établit qu’un patron sur deux partant en retraite ne cède pas son entreprise. Celle-ci disparaît donc. Il s’agit, certes, dans la majorité des cas de structures avec un ou deux salariés au maximum. Mais il s’agit tout de même de richesse économique qui s’évapore.
Si Hervé Novelli ne semble plus s’intéresser à une réforme de la transmission d’entreprise, ce n’est pas faute de matière. Rappelons les idées et suggestions très concrètes formulées par Hamid Bouchikhi, professeur à l’Essec, celles contenues dans le rapport Mellerio (d’octobre 2009) ou encore les propositions du sénateur Retailleau formulées dans son rapport remis à François Fillon en février. Le parlementaire propose notamment, la mise en place d’un dispositif de médiation offert aux entreprises susceptibles d’être cédées, un amortissement fiscal des goodwill et un régime d’amortissement des différents frais de conseil souvent très lourds eu égard à la taille de la cible.
Les propositions de réformes existent. Leur impact sur l’augmentation du nombre d’entreprises reprises et sur la fluidité du marché peut se révéler important. Et ce, sans que ces réformes ne s’avèrent particulièrement dispendieuses. Qu’au moins le secrétaire d’État en charge des PME se penche sur leur contenu.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Paris 2017