STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Prix de cession en baisse : une aubaine pour les repreneurs ?

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 8 septembre 2009

Dans le petit monde de la reprise et de la transmission de PME, la grande question du moment est de savoir si le niveau de valorisation va baisser, et le cas échéant dans quelle proportion, sur le second semestre de l’année et en 2010. Plusieurs éléments incitent à penser que la crise a déjà impacté le prix de cession des PME.
L’indice Argos mid market, qui repose sur l’analyse de centaines de cessions de PME intervenues au cours du second semestre 2008, accuse une baisse de 5,2 points par rapport aux six mois précédents. Selon cet indice, les valorisations correspondent à 7,6 fois l’Ebitda. Le caractère toutefois limité de la baisse peut s’expliquer, selon Argos, par l’inertie des vendeurs différant ou interrompant le processus de cession de leur entreprise par crainte d’une moindre valorisation.
Ce mouvement baissier a été plus sensible sur le premier trimestre de cette année, au vu des chiffres de l’association des analystes conseils en investissements financiers (AACIF). Le prix d’acquisition des PME, réalisant de 1 à 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, a chuté de plus de 20 % sur un an. L’une des explications avancées par l’AACIF est le fort recul des méthodes de valorisation basées sur des effets de levier excessifs et le retour vers des méthodes plus adaptées (DCF et multicritères). Ces dernières prennent plus largement en compte les capacités de développement des entreprises.
Cette tendance à la baisse des prix de cession, qui semble donc déjà bien engagée, devrait perdurer, voire s’accentuer, de par la prise en compte des résultats 2009 des entreprises. Ils seront, bien entendu, moins bons que ceux de l’année précédente. Le niveau de valorisation, quelles que soient la ou les méthodes utilisées, va mécaniquement s’en ressentir.
Toutefois, il serait illusoire pour le repreneur de penser que le cédant va l’attendre comme le messie et qu’il sera prêt à toutes les concessions sur le prix. Car l’acquéreur achète évidemment aussi le futur. Une majorité de PME, même si leur trésorerie a souffert lors des derniers mois, demeurent fondamentalement saines.
Ainsi, nombre de cédants considèrent que le marché ne reflète pas la véritable valeur de leur entreprise et demeureront à ce titre fermes lors des négociations. D’autant que dans bien des cas, le vendeur peut remettre à plus tard la cession en tablant sur l’impact d’une reprise économique espérée sur la valorisation de sa société.
Le repreneur peut donc espérer des conditions financières plus favorables qu’il y a un ou deux ans, mais ne doit tout de même pas se montrer trop gourmand.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Commentaire de DARCY, le 9 2009 à 08:08

Le repreneur peut lui aussi attendre face aux valorisations excessives de ces dernières années... Ou faire ce que j'ai fait : créer au lieu de reprendre.

Commentaire de caldanon, le 9 2009 à 14:34

Prix de cession en baisse peut-être - encore faudrait-il connaitre la taille de l'échantillon (tant les transactions TPE paraissent rares)!  Enfin, baisse de prix accompagnée d'une raréfaction du crédit pour les opérations de type LBO qui ont maintenant très mauvaise presse.

Commentaire de COFILOR, le 10 2009 à 11:51

7,6 fois l'EBITDA !!! Aucune transaction sur les PME traditionnelles en province ne se boucle sur ce niveau de prix !!! Ce serait le rêve pour les vendeurs, et le cauchement pour les acquéreurs et les banques qui les accompagnent... Ce chiffre ne me semble pas réaliste sur ce que j'ai pu voir.