STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Le repreneur doit dépasser la barrière psychologique générée par la crise

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 5 mai 2009

Le constat est clair, depuis quelques mois le calme plat règne sur le marché de la transmission-reprise des PME. Certes, certaines opérations se concluent, mais, aux dires de tous les professionnels, les volumes sont sans comparaison possible avec ceux de l’an passé.
Pour les repreneurs personnes physiques, il semble bien, qu’aujourd’hui les freins soient essentiellement de nature psychologique. Ils ne s’engagent pas dans leur projet de reprise par peur de l’avenir. Pourtant, les rares qui se lancent de nos jours dans l’aventure de la reprise d’entreprise sont loin d’être des têtes brûlées. Ils peuvent même tirer profit d’une situation il est vrai particulière.
Quels sont les faits ? De nombreux secteurs ne sont pas impactés directement par la crise économique. Ceux qui sont véritablement sinistrés sont même l’exception. Si des entreprises vont enregistrer une baisse de leur chiffre d’affaires et de leur résultat sur l’exercice 2009, elles ne seront pas pour autant en péril. D’autant que les trois ou quatre années précédentes ont globalement été bonnes, voire très bonnes. Au final, le repreneur potentiel pourra trouver de très nombreuses cibles saines.
Autre élément favorable, en ce printemps 2009, les repreneurs de PME ne devraient pas rencontrer de difficultés majeures sur le plan du financement de leur acquisition. Après s’être il est vrai figées à l’automne dernier, les banques accordent à nouveau des crédits. Elles se montrent certes plus exigeantes que dans les années fastes, mais il est indéniable qu’elles sont à l’écoute des repreneurs. Par ailleurs, les fonds d’investissement se sont recentrés sur le small caps et ils ont de l’argent. Les repreneurs personnes physiques ne doivent pas hésiter à les solliciter.
Enfin, la concurrence est nettement moins vive qu’il y a quelques mois. D’une part, la crise a généré un écrémage des repreneurs ; d'autre part, la concurrence des entreprises en phase de croissance externe s’est quasiment tarie. En conséquence, le rapport de force s’est rééquilibré entre le repreneur et le cédant qui est, lui-même, moins sollicité. Dernier point, les réseaux d’accompagnement et les structures publiques, dont le Médiateur du crédit, font, en cette période, leur maximum pour faciliter la tâche du repreneur.
En résumé : beaucoup de cibles saines, de réelles possibilités de financement, une concurrence moindre et un accompagnement de qualité. Pourquoi ne pas se lancer dans la reprise ? Le flou sur le proche avenir, répondent certains. Même s’il demeure un manque de visibilité sur 2010, la plupart des experts s’accordent à dire que l’an prochain le plus dur sera derrière nous. Toutefois, le repreneur ne doit pas s’attendre à une baisse significative de la valorisation des cibles et doit privilégier le secteur d’activité qu’il connaît.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Nantes 2016