STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

La réforme manquée de la transmission à titre onéreux

Par Gilles LECOINTRE

Publié le mardi 7 avril 2009

Aujourd’hui, on ne parle plus que de créations. Le succès indéniable, et même impressionnant, de l’auto entrepreneur est venu à point nommé jeter un voile pudique sur l’insuccès global de toutes les réformes qui ont concerné la transmission d’entreprises. J’emploie à dessein le terme d’insuccès, m’en tenant à un simple critère statistique (critère non polémique et de surcroît identique à celui appliqué à la création). Depuis 3 ans le nombre de cessions a-t-il augmenté un peu, beaucoup, pas du tout… ? La réponse est (hélas) encore pire…puisque ce nombre a sans aucun doute diminué !
Ainsi donc, après avoir entonné les trompettes du papy-boom, et après avoir pris toutes les mesures législatives pour y faire face, le tsunami des transmissions (pour cause d’âge avancé) s’est-il retourné contre ses imaginatifs experts prévisionnistes (et cela bien avant le changement de conjoncture).
Que s’est-il donc passé ? Quitte à simplifier, je dirais que l’essentiel des dispositifs mis en place s’est concentré sur la baisse de la fiscalité, et particulièrement celle du cédant à travers la diminution de l’impôt sur la plus value. L’hypothèse sous-jacente étant que, si le patron de PME ne cédait pas, c’est parce qu’il refusait de payer l’impôt.
A cet égard, je me souviens avec émotion d’une audition au ministère des PME où je concluais mon exposé en disant : « Messieurs, vous avez probablement constaté que j’ai omis d’évoquer un sujet, parmi les blocages que je considère comme majeurs dans l’accomplissement d’une transmission à un tiers, celui de la fiscalité. Ce n’est pas un oubli, c’est volontaire, car je considère que même 10 points d’impôt en moins sur la plus value ne rapporteront pas une transmission en plus. Messieurs, j’en prends le pari devant vous. » Ceux qui étaient présents se rappelleront sans doute que j’ai été pris par certains pour un doux dingue rêveur, et par les autres pour un incompétent notoire. Malheureusement, les faits m’ont donné raison, et, dans le même temps, les caisses de l’État se sont amoindries inutilement.
Conclusions :
1- la baisse de la fiscalité constitue rarement une potion magique, et il faut se méfier de ceux qui, la réclamant, vous promettent des contreparties…(il y a un autre exemple potentiel en la
matière en ce moment qui se dessine…)
2- la transmission de PME est beaucoup plus qu’une affaire fiscale. C’est un problème psychologique complexe, qui se joue sur un marché opaque, inorganisé, et dans le cadre d’une information au mieux tronquée (on ne dit pas tout) et souvent biaisée (on habille le prix avec des artifices calculatoires sans fondement). De ce fait, la sécurité des biens et des personnes concernées est mise en jeu dans de telles proportions que chaque partie n’a qu’un seul objectif dans la négociation: se protéger. Ce n’est pas la meilleure manière d’aboutir…
Alors comment faire me direz-vous ?
J’aurai prochainement l’occasion de revenir sur le sujet avec des propositions !.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Nantes 2016