STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

L’inadéquation entre l’offre et la demande perturbe le marché de la transmission d’entreprise

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 24 février 2009

Depuis des années, les professionnels de la transmission des PME, les cédants, mais aussi les repreneurs se plaignent du manque de fluidité de ce marché. L’observateur béotien, ou du moins extérieur à ce monde, peut légitimement s’interroger sur les causes de cette rigidité. Au vu de divers éléments objectifs, elle semble même paradoxale. En France, tout semble réuni pour que le processus de reprises d’entreprise, de PME en particulier, ne s’apparente pas à un parcours du combattant, ce qui est pourtant le cas pour le porteur de projet, souvent, ou pour le cédant, parfois.
En effet, pour peu que le dossier tienne un minimum la route, le repreneur ne rencontre pas de difficulté insurmontable pour trouver de l’argent, auprès des banques ou des fonds d’investissement. Certes, en période de crise la donne change quelque peu, mais les banquiers n’ont pas fermé le robinet même s’ils se montrent aujourd’hui nettement plus exigeants et sélectifs.En matière de transmission, la fiscalité ne constitue pas un frein. Il n’y a pas de réforme fiscale spécifique à ce secteur qui puisse faire considérablement évoluer la situation. Quant à l’information, la formation, les conseils, le repreneur français peut difficilement se plaindre. Qu’ils soient d’origine publique ou privée, de nombreux et efficaces dispositifs d’accompagnement existent. Ils sont, certes, davantage tournés vers le repreneur que vers le cédant, mais la situation évolue positivement sur ce plan. Enfin, il n’y a de « pénurie » ni de cédants ni de repreneurs potentiels. Même si le boom du nombre d’entreprises à céder, du fait de l’arrivée à l’âge de la retraite des patrons baby-boomers, n’a pas eu lieu, des milliers de PME arrivent sur le marché de la transmission chaque année.
Les chiffres émanant du réseau « Passer le relais », de la CCIP, apportent un élément de réponse quant à ce manque, avéré, de fluidité du marché de la transmission : il s’agit de l’inadéquation entre l’offre et la demande. A titre d’exemple, seulement 17 % des entreprises à céder réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 1,5 million d’euros alors que 32 % des repreneurs s’adressant à « Passer le relais » cherchent ce type de cible. Soit près du double. 53 % des repreneurs recherchent une PME de plus de 5 salariés, ce qui ne correspond qu’à 23 % des cibles. Ce décalage entre l’offre et la demande concerne également les secteurs d’activité : la construction et l’industrie représentent 34 % des entreprises à vendre, alors que seuls 14 % des repreneurs se disent intéressés par ces domaines. Ces derniers privilégient largement le commerce et les services. Se rajoute, comme « facteur aggravant », le manque de mobilité géographique de nombres de candidats à la reprise.
Cette inadéquation n’est sans doute pas une fatalité du moins quant aux critères, évidemment liés, du nombre de salariés et du chiffre d’affaires. Une communication spécifique pourrait faire prendre conscience au repreneur qui rêve d’une belle PME de 20 personnes qu’il peut démarrer par une reprise plus modeste et, après quelques années, grandir par croissance externe. En se montrant plus souple sur ces critères initiaux de taille de la cible, le repreneur aura davantage de choix aussi bien en terme de secteurs que de localisation. De plus, en rachetant une cible plus petite qu’initialement prévu, il rencontrera moins de difficulté à finaliser son montage financier. Ce qui, en période de raréfaction du crédit bancaire, n’est pas un mince avantage.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Marseille 2016