STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

L’anticipation, le maître mot pour la cession de son entreprise

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 8 juin 2010

Lors de chaque édition de Planète PME, le congrès de la CGPME, une conférence est consacrée à la transmission. Cette année, le thème retenu pour celle-ci, qui aura lieu le 15 juin et sera animé par la rédaction du magazine Repreneur, recouvre une problématique trop souvent négligée par les cédants, à savoir « comment préparer son entreprise pour la rendre cessible et attractive ? ».
De nombreuses actions sont à mener tant sur les plans juridiques et fiscaux que comptable et patrimonial. Et ce, bien en amont de la cession effective. Le « bien en amont » se chiffre non pas en mois, mais en années. Tous les professionnels intéressés par la transmission d’entreprise, qu’ils soient notaires, avocats ou encore experts-comptables, conviennent que la grande majorité des cédants n’anticipe pas assez, voire pas du tout, cet acte pourtant d’une importance capitale qui est la cession de leur outil de travail. Un sondage réalisé par CCI Entreprendre en France et l’Ordre des experts-comptables corrobore d’ailleurs ce sentiment : plus de la moitié des cédants interrogés estiment qu’il leur suffira de moins d’une année pour préparer leur entreprise à la vente. Ils ne sont que 16 % à considérer qu’ils auront besoin de deux ans. Alors que les experts s’accordent à dire qu’il faut au minimum trois ans pour préparer correctement la transmission de son entreprise.
Autre indice de ce manque d’anticipation, le peu d’engouement pour l’opération des prédiagnostics de performance lancée par le gouvernement l’an dernier à l’endroit des cédants. Certes, depuis quelques semaines le rythme semble s’accélérer, mais à ce jour le bilan global de l’opération reste modeste eu égard aux objectifs.
Les incidences de cette non-préparation sont loin d’être neutres. La cible peut même ne pas trouver de repreneur, par exemple, si l’outil de production est obsolète et n’a pas été modernisé, ou encore, autre exemple, si l’immobilier n’a pas été placé dans une structure séparée, etc. Si le cédant parvient toutefois à intéresser un ou plusieurs acquéreurs, il est probable que l’entreprise, qui n’est pas préparée de façon adéquate, soit cédée pour un prix qui ne traduit pas tout son potentiel.
Le cédant ne tirera que des bénéfices d’une anticipation de sa décision de céder, s’il mène, bien entendu, les actions idoines. Son notaire ou son expert comptable lui seront certainement d’un précieux concours.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Commentaire de Marc, le 9 2010 à 09:08

Je confirme que les cédants sont très rarement préparer, ne comprennent pas pour la plus part (hormis ce qui ont été repreneurs il y a quelques années) les tenants et aboutissants de la valorisation de leur entreprise, des aspects fiscaux, de l'analyse swot de leur entreprise vis à vis de leur secteur d'activité. le pire reste encore quand l'intermédiaire n'a fait aucun travail préparatoire avec le cédant sur cette analyse au moment de la proposer à la vente à des repreneurs. valorisation farfelue, non analys et incompréhension des comptes par l'intermédiaire. Le problème dans ce domaine est autant l'incompétence notoire de certains intermédiaire que la non préparation naturelle des cédants. Eux ont en effet une entreprise à gérer au jour le jour alors que les intermédiaires sont censés être des professionnels. heureusement, certains intermédiaires sont des pro, l'agréement CIF est un bon certificat même si la personalité et l'expérience et surtout le travail préalable de l'intermédiaire sont probablement encore plus importants. en qualité de repreneur, je ne peux conseiller à mes collègues de faire le tri dans la liste des intermédiaires potentiels, en les rencontrant et en se faisant leur propre idée sur le profesionnalisme. bon courage aux cédants qui signent des mandats à des intermédiaires sortis de nul part, amateur dans leur fonction pourtant si cruciale. et bon courage aux repreneurs qui ne sauront pas faire la part des choses