STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Face à la crise, le financement des PME semble devenir une priorité pour les décideurs politiques

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 16 septembre 2008

Outre les particuliers en quête d’un premier prêt immobilier, les PME et leurs dirigeants subissent plus ou moins directement les contrecoups de la crise des subprimes. Principale onde de choc : le net durcissement des conditions du crédit aux professionnels. Si les banquiers ne sont pas prêts à fermer le robinet, car ils ont un besoin vital de cette clientèle d’entrepreneurs, leurs critères prudentiels deviennent chaque mois plus stricts. Financer sa reprise ou son développement est aujourd’hui techniquement difficile.
Dans ce contexte, quelques bonnes nouvelles viennent heureusement adoucir le climat anxiogène ambiant. Des mesures qui sont à même de mettre un peu de baume au cœur des chefs d’entreprises, mais aussi des porteurs de projets, repreneurs et créateurs. Sur le front européen, les ministres de l’Économie et des Finances viennent d’annoncer que le soutien financier de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) aux PME va être porté de 5 à 30 milliards d’euros d’ici 2011. L’effort est sensible. Grâce à ce financement, les banques privées devraient offrir des conditions de prêt plus avantageuses aux PME. 
Par ailleurs, la BEI va commencer une activité de cofinancement, ce qui permettra aux entrepreneurs d’emprunter davantage. Cette même BEI va également mener des actions de concert avec Oséo, ciblées sur le financement des PME. Il faut certes ramener le montant des investissements consentis à l’ensemble des pays de l’Union européenne, mais l’effet de ces décisions devrait être sensible.
Autre signe encourageant, le Small Business Act (SBA) pour l’Europe devrait être adopté avant la fin de l’année, selon les dires d’Hervé Novelli. Quelques-unes des mesures contenues dans ce SBA seront, à n’en pas douter, appréciées par une bonne part des entrepreneurs. Citons, le nouveau statut de la société européenne privée qui facilitera les implantations de filiales dans d’autres états membres, la réduction des délais de paiement, l’accès facilité aux marchés publics pour les PME ou encore la mise en place d’un taux de TVA réduit pour certains services. Reste à espérer que l’application concrète de ces mesures se fasse dans un temps raisonnable.
Sur le front intérieur, le Premier ministre, après l’annonce de la suppression de l’IFA sur trois ans, a assuré qu’il allait engager dans les prochaines semaines une réforme de la taxe professionnelle. Il souhaite que cet impôt « ne pénalise plus l’investissement ». L’intention apparaît certes louable. Mais comme cette imposition rapporte beaucoup aux collectivités locales, les arbitrages risquent de s’avérer délicats. Cette réforme devrait être présentée en conseil des ministres avant la fin de l’année.
Il est indéniable que tant au niveau européen que national, les exécutifs ne demeurent pas inertes face à la crise financière venue d’outre-Atlantique et tentent d’en juguler les effets les plus néfastes. Reste à savoir si les mesures prises seront à la hauteur de l’enjeu.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Paris 2017