STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Et si la « crise » avait des effets positifs pour les repreneurs ?

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 24 juin 2008

Dans une conjoncture économique qui se détériore sensiblement depuis le début de l’année, le candidat repreneur peut légitimement se poser la question de savoir si c’est la bonne période pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.
Depuis six mois les conditions d’octroi du crédit bancaire se sont durcies pour les porteurs de projets, et plus généralement pour les entrepreneurs. Les raisons sont connues : conséquences de la crise des subprimes, retour de l’inflation, croissance molle et tensions sur le marché des matières premières.
Dans cet environnement troublé, le banquier ne va pas prendre de risques inconsidérés. D’une part, il va demander au repreneur d’augmenter son apport en fonds propres, à plus 30 % du prix d’acquisition ; d’autre part, il va exiger davantage de garanties et certains dossiers ne vont plus passer, en dépit des efforts d’Oseo qui a vu son activité garantie progresser de 20 % depuis six mois ; par ailleurs, les établissements financiers vont se montrer beaucoup plus regardants sur la rentabilité de la cible et donc sur le cash flow prévisionnel annuel. Enfin, le coût de l’argent va sensiblement augmenter.
Mauvaises nouvelles ? Oui et non. Ce mouvement de tension va obliger le repreneur à augmenter ses fonds propres. Ceci ne peut être que positif pour la pérennité à moyen terme de la cible, car les remboursements de la dette, via la holding, seront d’autant moins tendus. En conséquence, l’entreprise reprise bénéficiera de davantage de souplesse et aura notamment de meilleures capacités d’investissement.  Par ailleurs, du fait des exigences réévaluées de son banquier, le repreneur devra constituer un business plan d’autant plus solide et prudent. Ce qui ne peut, là aussi, que bénéficier à la santé de la société reprise.
Eliminatoires ces nouvelles exigences ? Pas forcément. Car, autre effet intéressant pour le repreneur potentiel, la valorisation des PME tend à décroître. Selon l’indice de référence Argos Mid-Market, le prix moyen des PME non cotées de la zone euro a reculé de 8 % sur le second semestre 2007, par rapport aux six mois précédents. 
Et d’après de nombreux experts, ce mouvement à la baisse du prix d’acquisition de ce type d’entreprise devrait se poursuivre sur l’année 2009 et revenir ainsi à des niveaux plus sages. 
Qu'ils soient cédants ou repreneurs, les acteurs de la transmission/reprise se voient donc rappelés à la raison par le durcissement de la conjoncture. Mais est-ce vraiment regrettable ?

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Marseille 2016