STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Et la reprise d’entreprise, Monsieur Novelli ?

Par Gilles LECOINTRE

Publié le lundi 29 mars 2010

La reprise d'entreprise mérite-t-elle moins de considération politique que la création ? Monsieur le Ministre, à vous d'en décider !

Cet éditorial sera exceptionnellement court, parce que, au vu de la conjoncture, et compte tenu de l’absence totale de réaction du ministère des PME à nos propositions pour améliorer les conditions de fonctionnement du marché de la transmission d’entreprises, je n’ai plus grand-chose à dire, et pas grand-chose à vous faire espérer avant que le ciel ne nous tombe sur la tête !... 

Certes il y a eu les élections régionales, certes il y a la dynamique (et la dynamite..) explosive du statut de l’auto-entrepreneur, mais cela ne justifie pas la surdité du monde politique à l’appel que nous avons lancé dans notre précédent numéro, appel qui faisait suite à la remise du prix de l’Economie PME par Monsieur Novelli au professeur Bouchikhi. A cette double occasion, nous avions détaillé des pistes réalistes pour augmenter sensiblement le nombre de transmissions de PME à titre onéreux, nombre qui au mieux stagne depuis plusieurs années contrairement à toutes les prévisions « papy-boomistes » et fantaisistes.

Ces pistes partaient du constat partagé par tous les observateurs que le rapprochement d’un acquéreur et d’un cédant d’entreprise est beaucoup trop risqué dans le cadre des pratiques de négociation et des outils juridiques actuels. Il préconisait la « certification de l’offre et de la demande » de telle façon que, sur la base d’un volontariat, des repreneurs se soumettant à une formation et à une évaluation objective de leur projet, puissent contracter, en toute transparence, avec des cédants ayant, de leur côté, accepter une évaluation et un audit indépendants de leur entreprise. En contrepartie de quoi chaque partie prenante pourrait devenir assurable sur les risques inhérents à l’opération. Nous avions même rajouté un « bonus emploi » pour redynamiser l’atonie ambiante. 

Ces idées que nous défendons dans notre magazine depuis très longtemps sont sans doute trop simples pour être entendues, et pas assez coûteuses pour être retenues (en fait elles ne coûteraient rien à l’Etat, contrairement à toutes les mesures fiscales déjà prises et qui n’ont eu aucun impact visible). Faut-il lancer une pétition, pour faire entendre la raison et le bon sens ? A vous d’en apprécier l’opportunité. De mon côté, je me tiens à la disposition de toutes les bonnes volontés pour éclairer et favoriser la prise de décision politique
Merci de votre écoute et de vos réactions

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Commentaire de PRUVEL, le 31 2010 à 11:18

Ceci me semble le bon sens. Je viens de vendre mon entreprise et j'en cherche une nouvelle, mais la perception et la valorisation qu'en demande les cédants sont totalement fantaisistes. Et je ne parle pas de ceux qui ayant des résultats à l'équilibres préfèrent vendre leur matériel et licencier du personnel plutôt que de donner une chance à l'entreprise en conditionnant un prix raisonnable sur des résultats futurs.

Commentaire de Deschamps, le 31 2010 à 11:31

Cette prise de position fait plaisir à lire dans ce contexte médiatisé où toute reprise serait à la portée de tous. Je travaille avec des repreneurs, j'enseigne l'entrepreneuriat. Je partage votre avis et me porte volontaire pour échanger avec vous et travailler en faveur des reprises d'entreprise. Un premier pas concernant la mise en place d'un observatoire des reprises serait déjà précieux.

Commentaire de Nicolas, le 7 2010 à 16:24

Ce que vous dîtes là n'est que bon sens mais sans doute est-il moins "visible" politiquement de favoriser la reprise que la création. Or l'emploi est le véritable argument politique. Qui crée le plus d'emploi, le repreneur qui donne un second souffle à l'entreprise ou le créateur? Les 2 sont nécessaires mais il me semble que les repreneurs créent plus d'emplois que les créateurs...