STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

En dépit de la crise, les bonnes affaires n’ont pas perdu de valeur

Par Gilles LECOINTRE

Publié le mardi 6 juillet 2010

Dans le petit monde de la cession-acquisition, l’ambiance est morose. Les cédants se font rares. Ils attendent que l’économie reparte, ils hésitent à exhiber les contre-performances liées à la chute de leurs commandes en 2008 et 2009 et espèrent des jours meilleurs ! En conséquence, dans les affaires proposées à la vente, on trouve une proportion anormalement élevée de mandats pour des entreprises en péril. Pour celles- là, les chances de trouver une solution restent bien minces. Coincées entre de rares repreneurs frileux qui leur offrent une « poignée de cerises » et des banquiers qui partent en courant, ils ne leur restent plus qu’à quêter l’hypothétique « friend money ».
En revanche, la situation des entreprises restées en « bonne santé » durant cette période de crise aiguë est à bien des égards enviable sur le marché de la transmission. On constate en effet que, pour les dirigeants ayant su préserver (par talent ou par chance) chiffre d’affaires et rentabilité, il existe bien une forme de rigidité à la baisse (présupposée) du prix de cession.
Pour quelles raisons ? J’en vois trois principales. Tout d’abord, compte tenu du climat économique actuel, les « belles » entreprises désireuses de changer de main constituent des exceptions par rapport à une offre atone et de piètre qualité. 
En second lieu, ces entreprises se trouvent doublement courtisées, non seulement parce qu’elles sont très peu nombreuses, mais de surcroît parce qu’elles obtiennent des résultats atypiques qui leur confèrent un véritable brevet de résistance à toute épreuve. Les repreneurs sont donc très sensibles à leur indiscutable attrait, et se retrouvent davantage à se les disputer. Ceci est d’autant plus vrai que les repreneurs sérieux et argentés ont vu ces trois dernières années leur « temps d’attente » augmenter sensiblement. Ils sont donc contraints, à un moment donné, d’agir, et à sortir du bois.
Enfin, les financeurs en haut et en bas de bilan, après avoir éliminé de leur champs d’intervention la plupart des dossiers jugés médiocres ou risqués, sont finalement bien aises de justifier leur présence et leur métier par quelques interventions musclées sur une « bonne cible ».
Conclusion, les chefs d’entreprises dont les sociétés sont encore des « pépites » peuvent se réjouir. La valeur de leur actif n’a pas réellement baissé. Ils bénéficient d’une conjoncture favorable tant du côté de l’offre que de la demande. Dès lors, la situation des repreneurs devient cornélienne : vaut-il mieux attendre en regardant passer les trains, ou bien acheter à bas prix une affaire en difficulté dans une conjoncture catastrophique, ou bien acquérir à prix élevé une société solide ? Décidément, le monde de la transmission n’est pas un monde facile.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Nantes 2016