STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Editorial

Comment rompre l’isolement du repreneur devenu patron ?

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 2 mars 2010

Lors de la phase de recherche de cible puis de négociations, le repreneur se trouve être, généralement, bien entouré. Il bénéficie de l’écoute et des conseils des spécialistes transmission des CCI, le cas échéant du conseiller d’un cabinet de rapprochement, de son avocat, de son expert-comptable, etc. La situation est tout autre, une fois que le repreneur a pris le contrôle de la cible. Il se retrouve bien souvent seul.
Cette situation apparaît pour le moins paradoxale : alors que le dirigeant découvre son métier de patron, qu’il est assailli de doutes, d’hésitations, voir d’angoisses, qu’il est parfois confronté à une certaine défiance des salariés, qu’il doit gérer une multitude de problèmes, qu’il doit dans le même temps asseoir sa légitimité de patron, il est isolé. Ceci est particulièrement vrai dans le cadre de petites structures de moins de dix salariés au sein desquelles le nouveau patron ne pourra pas partager et échanger avec d’autres cadres dirigeants, pour la bonne raison qu’il n’y en a pas.
Le repreneur devenu patron doit alors adopter une démarche volontariste afin de rompre cet isolement. Les solutions sont à portée de mains. Il peut intégrer un club de repreneurs où il bénéficiera de l’expérience d’autres dirigeants qui ont également repris. S’il a reçu l’appui d’un réseau d’accompagnement, comme Réseau Entreprendre ou France Initiative, il aura tout intérêt en phase post-reprise à accepter d’être accompagné par un parrain-chef d’entreprise durant deux ou trois ans. En plus de cet accompagnement, Réseau Entreprendre vient de mettre en place des « task forces » composées de plusieurs patrons chevronnés afin d’aider les lauréats des années précédentes touchés par la crise.
Autre initiative, certaines CCI, à la suite de celle de Grenoble, ont mis en place un système de tutorat pour les repreneurs devenus patron. Bien entendu, le repreneur pourra tirer de grands bénéfices d’une période de transition bien menée. Ceci vaut bien quelques efforts, voire quelques concessions, sur le plan relationnel envers le cédant.
Au final, il est indéniable que l’expérience et les conseils de ses pairs peuvent éviter au nouveau patron de commettre bien des erreurs et souvent lui permettent de gagner un temps précieux. Ce dernier ne tirera que des bénéfices à se rapprocher d’autres qui ont connu, et surmonter, les mêmes difficultés que lui.


Ajout de commentaire

Code de sécurité

Commentaire de M. Counil, le 4 2010 à 10:57

Et faire appel à un coach de dirigeant ! Dans la sphère actuelle le sens des affaires ne suffit plus. Ce patron doit rapidement répondre aux questions du sens de ses nouvelles missions et actions à conduire. Il doit dévoiler cet inconnu et inventer le nouveau vers un modèle novateur de développement durable et de responsabilité humaine de l’entreprise. Le coach de dirigeant garantit un espace d’accompagnement professionnel en temps réel, pour un travail alliant la croissance du business et le développement humain. Il inscrit son activité dans une vision ancrée dans des valeurs humaines, fondée sur une éthique managériale, et la vocation professionnelle du dirigeant d’entreprise. Le coaching, profession aujourd’hui validée par un diplôme universitaire de niveau master, cadrée par des chartes déontologiques, rassemble des professionnels présentant jusqu’à 20 ans d’expérience d’accompagnement en entreprise. Je souhaite vous rencontrer. Cordialement Maïté Counil 0630809815

Commentaire de Damien Louvet, le 8 2010 à 18:46

Effectivement, le nouveau repreneur est souvent une personne qui peut se retrouver seule. Il est difficile d'assimiler les pratiques et la culture immédiates d'une entreprise: tout ceci répond d'un process qui prend un certain temps et nécessite une posture ouverte et volontaire du nouveau patron. 
Dans le cas de la reprise, le facteur humain est d'ailleurs capital: il faut être en mesure d'être bien entouré et d'identifier les personnes à mêmes de vous accompagner dans la poursuite de son projet. Ces personnes sont aussi bien les membres de l'entreprise que des contacts externes (banquier, investisseurs, etc...). Il est indispensable de prendre un peu de recul une fois la reprise effectuée pour analyser la situation, repérer les synergies et les complémentarités, et tirer le meilleur parti de l’existant. Cela nécessite de bien s’entourer afin de fédérer les équipes désormais mixtes autour du nouveau projet d'entreprise. Il faut aussi accompagner cette nouvelle impulsion à travers un important effort de communication interne. Ces derniers éléments font d’ailleurs partie des étapes finales et cruciales de la reprise d’entreprise. 
La reprise ne s’arrête pas à la signature, elle ne fait que commencer une fois la transaction achevée. Les réseaux d'entrepreneurs sont d'ailleurs de bons moyens de surmonter la solitude et l'angoisse qui y est associée. Pour acquérir les "fameuses bonnes pratiques", rien de mieux qu'un exemple, qu'un témoignage, une expérience à valeur de conseil. C'est en partant de ce postulat que nous avons fondé l'Institut Sage, réseau de dirigeants pour et par les dirigeants: personne d'autre mieux qu'eux peuvent apporter des réponses aux questions que se posent les uns et les autres. Posons-nous les bonnes questions, échangeons et puisons dans l'esprit collaboratif les clés du succès. Pourquoi réinventer la roue? Cdt Damien Louvet, Institut Sage, www.institut-sage.com